5 choses que personne ne nous dit et que j’aurais aimé savoir sur la parentalité

5 choses que personne ne nous dit et que j’aurais aimé savoir sur la parentalité

  • PEU IMPORTE COMMENT TA JOURNÉE VA MAL, ELLE PEUT ALLER ENCORE PLUS MAL INSTANTANÉMENT.

Tu n’as pas dormi de la nuit, car bébé ne fait pas encore ses nuits, tu te lèves avec un rhume qui te rend K.O. et tu te rends compte qu’il n’y a plus de lait dans le frigo. Journée qui commence mal. Le chum doit faire de l’over, donc toute seule pour tout gérer. L’école du plus vieux t’appelle concernant une chicane entre amis, tu dois donc sortir tout le monde pour y aller, puis tu reviens à la maison et tu rêves d’une sieste. Au moment où tu crois avoir un petit lousse pour te reposer, TOC TOC, la gastro qui se pointe le nez chez le 2e. Passer la journée/nuit à ramasser du vomi et à tout désinfecter pour éviter la contagion. Quoi de mieux comme journée?! Je suis certaine qu’on a toutes eu des journées catastrophiques comme ça, et qui ne finissent plus de finir!! Au secours!

  • AVANT D’AVOIR DES ENFANTS, JE N’ÉTAIS PAS FATIGUÉE.

On croyait être fatiguée, mais en réalité ce n’était rien du tout. RIEN DE RIEN. Pouvoir récupérer le lendemain d’une soirée festive, dormir jusqu’à l’heure qu’on veut, ne rien faire de la fin de semaine, rien de plus facile et pourtant, on se sentait fatiguée à l’occasion. Maintenant, c’est une habitude, être fatiguée. C’est comme un mode de vie. Fatiguée est aussi par moment : exténuée, au bout du rouleau, épuisée. Comment être en forme lorsqu’on se lève 1000x par nuit, qu’on court toute la journée, qu’on travaille et que rendu au soir, on doit gérer le nouveau quart de travail, soit le souper, le ménage, le bain, le dodo, le ramassage et toutes les autres préoccupations. Donc, voilà, ma nouvelle définition c’est : maman fatiguée, en tout temps.

  • UNE MAISON NE RESTE JAMAIS PROPRE.

Avant, faire le ménage était relativement simple. Balayeuse et lavage de planchers, deux tâches qui n’étaient pas trop longues et qui pouvaient durer quand même quelques jours. Maintenant, laver le plancher, ça reste propre quelques heures et la balayeuse, encore moins. Quelques minutes après, on retrouve de nouvelles graines de nourriture ou de pâte à modeler sur le plancher, et un petit dégât collant pas très longtemps après. YEAH! La vaisselle, à deux, quel beau souvenir! Maintenant, je déteste la vaisselle pour mourir, et je mangerais dans de la vaisselle jetable!!! On vient de la terminer et un repas plus tard, il y en a partout. Ça m’enrage autant de travail pour tout recommencer le repas d’après. Chez nous, les priorités ont changé de place. L’époussetage se fait quand j’ai le temps (ou de la visite), la balayeuse se passe idéalement 1x par semaine (ou quand j’ai le temps), le lavage de plancher…on n’en parlera pas. La vaisselle, bien elle traîne parfois quelques jours avant d’aller dans le lave-vaisselle. Mais bon, s’il y a du ménage à faire, ça veut dire que je passe mon temps à faire autre chose, soit souvent du temps avec les enfants donc, maison en désordre = temps de qualité! (Raisonnablement parlant, ma maison n’est pas dégueulasse, elle n’est juste pas toujours à l’ordre tous les jours, mais il y a quand même des limites).

  • TOUT LE MONDE PASSE AVANT MOI.

J’ai toujours été axé sur le bonheur des autres, gâter ceux que j’aime et en prendre soin. Mais, jamais je n’aurais pensé ne plus avoir de temps pour prendre soin de moi à ce point là en étant maman. Jamais je n’aurais cru être 2 ans sans avoir de vie, sans vouloir sortir tellement je suis brûlée, à ne juste vouloir rien faire. Jamais je n’aurais pensé me faire déranger, interpeller et harceler autant dans une journée, à un tel point, que je sois écœurée de voir tout le monde rendu au soir, parfois. Jamais je n’aurais pensé, que pendant un certain temps, prendre un bain serait une opportunité et que même prendre une douche serait un luxe. Prendre le temps de bien faire déjeuner mes enfants, de voir à leur bonheur, mais ne pas prendre le temps de faire quelque chose pour moi. Il y a des journées où on a aucun répit. Travailler à temps plein, ça laisse seulement le soir et la fin de semaine, et il n’y a déjà pas assez de jour dans la semaine pour tout faire à la maison, pour passer du temps en famille, alors trouver du temps pour soi, c’est quasiment impossible. Je commence à en trouver, mes enfants étant rendus plus vieux, et je me rends compte que je dois changer certaines choses, pour ma propre santé mentale. Par contre, personne nous dit, en nous flattant la bedaine : « prépare-toi, tu n’existeras plus pendant un bout, tu n’auras plus de vie et tu ne vivras que pour tes enfants. » Malgré tout, on les aime plus que tout au monde!

  • LE TEMPS EN COUPLE…C’EST QUOI ÇA?!

Personne ne m’avait dit que du temps de couple, ça se faisait vraiment rare. Je savais que ça diminuerait de beaucoup…normal. Mais, je ne savais pas que l’aide viendrait si peu souvent, et qu’il faudrait se débrouiller en tout temps. Qu’avec de la famille peu impliquée, les occasions et les personnes disponibles pour t’aider sont très réduites. Tu auras beau être au bout du rouleau, tu n’auras pas de pause. Donc, le temps en couple, c’est le soir entre 8hrs et 9hrs, soit après le dodo des enfants et avant ton dodo à toi, si tu n’as pas 25 tâches à faire avant de te coucher. On ne se le cachera pas, quand les deux parents travaillent à temps plein, il ne reste plus beaucoup de temps dans une journée. Un film en couple, ça se fait rare en plein jour, le seul moment c’est le soir, et savez-vous quoi, souvent je ne le finis pas, parce que je suis brûlée et que je veux dormir. Heureusement, mon conjoint a le même rythme que moi, alors on se couche et on se lève aux mêmes heures ou presque. Donc parfois, juste un brin de causette dans le lit avant de s’endormir apporte un moment de tranquillité. Il faut donc provoquer les moments de couple, et garder l’envie de se voir. La routine prend beaucoup de place, mais il faut presque se donner rendez-vous pour s’assurer de se trouver du temps. Tout cela n’est pas inscrit dans le manuel du parent. (Quel manuel?)

Stéphanie Cloutier, 28 ans, bientôt 29. 2 enfants. Garçon de 4 ans, Zachary et fille de 2 ans et demi, Éléonore. Je travaille dans le domaine des ressources humaines et de l’administration en tant que technicienne RH. Passe-temps : Écriture, Lecture, Cinéma, couture, temps en famille.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *